Éditorial

Cette année, la Nuit des 1000 Questions reprend ses quartiers en vieille ville de Bienne. La sixième édition du nom – la deuxième dans sa nouvelle formule – prolonge une réflexion entreprise en 2016 sur le temps (qui passe). Elle l’aborde sous un angle particulier en questionnant la notion de «répétition». Se répéter, est-ce perdre son temps ? Évolue-t-on en se répétant ? Le cerveau humain pourrait-il fonctionner sans mémoire, et celle-ci n’est-elle pas affaire de répétition ? La routine vous ennuie-t-elle ? Et pourtant, les éléments récurrents n’ont-ils pas tendance à nous rassurer ? La répétition n’est-elle pas stimulante pour l’artiste, porteuse d’un élan créatif ? Que serait le sportif sans ses entraînements quotidiens ? Le musicien sans ses exercices répétés ? Répéter, est-ce (aussi) se transformer ?
La Nuit des 1000 Questions entend éveiller la curiosité de son public. Elle l’invite à échanger ou simplement à se balader, découvrir, écouter. À travers des projets artistiques variés, concerts et expositions, représentations théâtrales, ateliers ou lectures, elle offre une plateforme propice à la réflexion et au partage, un lieu de rencontre et de dialogue. Elle est une Nuit que l’on peut vivre de 1000 manières… eine Nacht ist eine Nacht ist eine Nacht.
L’événement se déroule donc le temps d’une nuit : durant treize heures cette année, puisqu’il se tient (idéalement) au moment du passage à l’heure d’hiver. L’occasion rêvée de répéter la dernière heure ! L’heure, c’est l’heure, c’est l’heure…

1000 Fragen AF 2016 002
1000 Fragen AF 2016 007
DSC9651
1000 Fragen AF 2016 005 1
1000 Fragen AF 2016 016
DSC9669
1000 Fragen AF 2016 033
1000 Fragen AF 2016 031
1000 Fragen AF 2016 032
1000 Fragen AF 2016 044
1000 Fragen AF 2016 063 1
1000 Fragen AF 2016 055
DSC0047